Peter von Ballmoos

Courriel - Téléphone : 05 61 55 66 47

Professeur à l’Université Paul Sabatier, chercheur à l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie.

Peter développe un nouveau type de télescope, une "lentille gamma" pour observer de l’antimatière et la radioactivité produite par des explosion stellaires.

Peter donne des conférences sur l’histoire de l’Univers, la vie et la mort des étoiles, et la lumière - visible et invisible. Il est membre du conseil d’administration de l’association "Les étoiles brillent pour tous"

Pour en savoir plus, cliquer ici.

Centre d’Etude Spatiale des Rayonnements UMR 5187, 9, av du Colonel Roche BP 44346 31028 Toulouse Cedex 4

L’EXPLORATION DE L’UNIVERS LES DIMENSIONS ET LES COULEURS DE L’UNIVERS

- Comment se répartissent vos fonctions d’enseignant-chercheur ? Je suis en effet enseignant chercheur et assume donc mes fonctions d’enseignement à l’Université Paul Sabatier et celles de recherche au Centre d’Etude Spatial des Rayonnements. Mes activités de recherche portent sur l’instrumentation pour l’astronomie gamma et l’astrophysique nucléaire, avec notamment le développement d’un nouveau type de téléscope qui, grâce à une lentille spéciale, permettra d’observer de l’antimatière ou la radioactivité produite au cours d’explosions stellaires.

- Ces compétences vous ont amené à participer à la conception d’animations pour la Cité de l’Espace de Toulouse… J’ai effectivement pris part à la mise en place de plusieurs projets concernant la partie astronomie à la Cité de l’Espace, depuis leur définition jusqu’à leur conception. J’ai aussi une activité de conférencier soutenu, avec des demandes de la part de différents publics qui s’enchaînent très vite. Toutes ces expériences m’ont rapidement investi dans le domaine de la vulgarisation scientifique depuis plus de 10 ans maintenant.

- Ce n’est donc pas un hasard si vous êtes de ceux qui ont soutenu le lancement de l’association les Etoiles Brillent Pour Tous ! C’était en effet normal que je continue dans le cadre de cette association en épaulant Didier BARRET au moment de la création de l’association. J’allais m’adresser à un public différent de celui qui était venu me rencontrer en conférence car l’association se tourne justement vers des personnes qui n’auraient pas pu se déplacer sur ces interventions grand public. Après mes interventions en milieu carcéral, je suis convaincu que nous sommes vraiment utiles pour ces personnes qui ne vivent pas au rythme du monde extérieur et que notre venue tout comme nos sujets y sont vraiment appréciés ; j’ai ressenti cette gratitude que les détenus ont eu à mon égard au cours de mes conférences, tout en étant frappé par le fait que finalement, ces prisonniers n’étaient pas plus prisonniers que nous devant les étoiles : nous sommes tous confinés au petit endroit qu’est notre planète et nous sommes tous aussi loin des astres, prisonniers comme astronomes. Se demander ce qui se passe là-haut est un questionnement qui touche deux niveaux, scientifique mais aussi philosophique. Il n’est pas étonnant que l’incarcération vous apporte le recul de cette dimension philosophique et que l’observation des étoiles vous soit réconfortante en plus d’être un spectacle grandiose. Une part importante de ce public est totalement fasciné par ces images statiques du ciel, car je crois que ces thématiques permettent un positionnement par rapport à ce qui nous entoure à la fois utile et nécessaire pour soi-même.

- Quels sont vos projets pour la suite des activités des Etoiles Brillent Pour Tous ? Personnellement, j’aimerais bien avoir l’occasion de toucher à tous les publics visés par l’association car je ne me suis rendu qu’en milieu carcéral pour l’instant. Je pense également à ce projet évènementiel, l’Evoluthon, que nous avons organisé en décembre dernier dans le cadre du Téléthon : j’ai toujours voulu mettre en place ce genre de manifestations qui rassemblent des sujets divers le long d’un fil rouge qui était ici le Temps. Au-delà du fait qu’après cette première expérience nous pouvons améliorer le contenu de l’Evoluthon, j’aimerais aussi que nous réussissions à l’adapter pour un de nos publics ; cela me semble concevable en prison où nous pourrions présenter les 12h de conférences sur 12 jours, ou 12 semaines. On pourrait aussi imaginer un autre évènement de ce genre, qui ferait le panorama de l’infiniment petit à l’infiniment grand, comme le présente une des expositions de la Cité de l’Espace.


© 2018 - réalisé par art-eres.net | Hebergé à l'IRAP | ep | spip | contact