Souhaut, Marc

Courriel - Tel 05 61 33 28 47

LES MISSIONS OCÉANOGRAPHIQUES
LE FONCTIONNEMENT DE L’OCÉAN

Marc SOUHAUT est technicien au Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (LEGOS) de Toulouse.

En quoi consiste le travail de l’équipe de géochimie marine dans laquelle vous êtes technicien ?
Mon équipe s’attelle à comprendre le rôle de l’Océan dans les grands cycles bio-géochimiques. La Géochimie Marine permet de quantifier les transferts de matière entre les différents compartiments du système terre, du continent à l’Océan, au sein de l’Océan lui-même et de l’Océan au sédiment. On utilise pour cela des traceurs qui sont des éléments du tableau de Mendeleïev : ce sont par exemple des éléments naturellement radioactifs qui servent en fait de chronomètre et permettent de décrire les temps de résidence des particules dans la colonne d’eau avant leur chute. Tout ce travail est bien sûr lié au sujet du carbone dans l’océan et à la surveillance du changement climatique global. Mon travail m’amène ainsi à participer à des campagnes de terrain : je me suis récemment rendu aux Kerguelen pour participer à une étude sur la fertilisation et la prolifération des algues riches en phytoplancton qui pompent le CO2 de l’atmosphère dans cette région.

Vous avez notamment correspondu avec des élèves au cours de cette expédition…
L’expédition Kéops m’a en effet permis d’échanger par mails avec des élèves de plusieurs classes. J’ai vraiment le sentiment de faire un métier fantastique et exceptionnel humainement parlant car c’est une chance d’être en contact avec l’environnement, la Terre et l’univers. Je trouvais alors important de faire partager cette expérience. C’est aussi à ce moment que j’ai entendu parler de l’association les Etoiles Brillent Pour Tous dont les buts répondaient parfaitement à mes attentes.

Vous intervenez d’ailleurs essentiellement auprès des maisons de retraite…
Comme ma femme travaillait en gérontologie, cela a donné à l’association la perspective d’intervenir en maison de retraite. Les personnes âgées sont tout particulièrement coupées du monde et de la vie active, et par notre biais, la société peut leur monter qu’elles existent toujours et qu’on a quelque part besoin d’eux et de leur expérience, de leur vision intéressante et constructive pour nous. C’est toujours dans un but d’échange réciproque que je me rends auprès d’elles : je veux vraiment leur faire passer l’idée que même si j’arrive avec mes connaissances, elles ont aussi vécu des choses que je n’ai pas connues. Je viens aussi personnellement chercher quelque chose au cours de ces conférences... Je suis une fois venu avec des échantillons ramenés de Kerguelen : toucher du sable, des pierres et des sédiments marins a été une activité très attractive pour ces retraités qui n’ont parfois pas toutes leur acuité visuelle. J’apprécie également d’intervenir auprès des enfants qui sont toujours très curieux et posent des questions surprenantes : « Combien de kilos de pommes de terre emmène-t-on à bord d’un navire d’expédition ? »… Ce sont des choses auxquelles on n’avait pas pensé et qui, encore une fois dans l’échange, nous permette de nous ouvrir nous aussi ! Travailler dans le domaine de l’océanographie est fantastique, tout comme de pouvoir le faire partager, car c’est non seulement un devoir mais bien sûr avant tout un plaisir !


© 2018 - réalisé par art-eres.net | Hebergé à l'IRAP | ep | spip | contact