Gilbert Rouaix

Courriel - Tel 05 61 55 66 53

Vous travaillez à l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie. Quelles fonctions y assurez-vous ?
Je suis rentré complètement par hasard au CESR sur un poste où je devais travailler sur des pièces mécaniques de satellite, et de contrat en contrat, j’ai fini pas y rester ! Aujourd’hui, je fais un travail d’études mécaniques sur des satellites mais j’ai aussi participé à de nombreuses campagnes de lancements de ballons stratosphériques du fait de mon implication dans la conception mécanique de leur nacelle. Ces ballons sont lancés a différents endroits dans le monde suivant la partie du ciel a observer : ce sont des ballons de 1 millions de m3 qui sont gonflées à l’hélium ou a l’hydrogène et emmènent des nacelles de près de 2 tonnes à plus de 40 km d’altitude ! A cette altitude, on est au-dessus de l’atmosphère et de la couche d’air qui absorbe une partie des rayonnements : on peut donc observer les rayonnements qui arrivent des galaxies. Ces ballons sont énormes, ils font plus de 100 m de long : on pourrait y faire rentrer un terrain de foot !

Que pensez-vous de l’ambition de l’association les Etoiles Brillent Pour Tous ?
Cette idée m’a tout particulièrement touché parce que j’ai moi-même été victime d’un accident de la circulation à la suite duquel j’ai passé beaucoup de temps à l’hôpital. Ce qui me semble important est surtout d’amener quelque chose qui sorte les gens de leur quotidien rythmé par leurs soins médicaux, de les faire évader et d’avoir quelqu’un qui puisse leur parler d’autres sujets que de leur maladie pour leur rappeler qu’il y a encore une vie qui continue au-delà de l’hôpital. J’ai personnellement assisté à l’Evoluthon : tout ce qui touche aux planètes et aux étoiles fait rêver et j’ai senti les spectateurs vraiment très intéressés par le programme qui était proposé. Dans ses activités plus ciblées, l’association touche des publics isolés du reste du monde et qui vivent en vase clos, que ce soit à l’hôpital, en maison de retraite ou en prison, et c’est dans ces lieux que notre rôle est ressenti de façon très positive et sur lesquels nous devons nous investir et nous concentrer.


© 2018 - réalisé par art-eres.net | Hebergé à l'IRAP | ep | spip | contact