Bernard Dupré

Courriel - Tel 05 61 33 25 66

LA PLANÈTE TERRE : SON ÉVOLUTION ET CELLE DE SON CLIMAT, L’IMPACT ANTHROPIQUE, LE CLIMAT AU TEMPS DES DINOSAURES

Bernard DUPRE est l’ancien Directeur de l’Observatoire Midi-Pyrénées et ancien Directeur du Laboratoire des Mécanismes de Transfert en Géologie (LMTG) de Toulouse.

Votre domaine de recherche concerne l’étude de notre planète. C’est un vaste chantier ! Quels sont les problèmes sur lesquels vous vous êtes plus spécialement penchés ?
Mon quotidien se partage entre deux activités, celle de directeur de laboratoire et celle de chercheur. En tant que chercheur, j’ai au début travaillé sur les questions de la formation de la Terre il y a 4,5 milliards d’années, des grandes étapes de sa différenciation et de son évolution. Depuis 20 ans, je me suis tourné vers la compréhension des processus de surface, qui prennent entre autres en compte l’altération des roches et m’ont amené à étudier comment cela se déroulait dans le lit des fleuves et des rivières. Au travers de ce travail, c’est la compréhension du fonctionnement global de la planète que nous cherchons à mettre à jour, et traiter du problème des climats de la Terre en fait partie : j’ai beaucoup travaillé sur la reconstitution des paramètres qui expliquent les climats de la terre, tels que le rôle des processus de l’altération, l’impact des volcans qui émettent du CO2 ou du soleil. Je suis un géochimiste et j’étudie donc la chimie de roches que je vais chercher sur le terrain : j’ai presque pu faire le tour du monde grâce à mon métier ! La Sibérie, le Congo, l’Amazone, les rivières du nord du Canada, de Chine... Travailler sur les grands fleuves du monde me permet de découvrir la chimie des rivières, ce qui la contrôle mais aussi de mettre en évidence l’incidence des hommes sur cette chimie.

Comment avez-vous pris part aux activités de l’association Les Étoiles Brillent Pour Tous ?
Lorsque j’ai fait connaissance avec le responsable de l’association, le projet n’était encore qu’une idée que j’ai trouvée superbe, d’autant plus que j’étais déjà très attiré par le fait de communiquer les savoirs scientifiques. Je lui ai assuré que je serais de ceux qui seraient à ces côtés si cette idée allait jusqu’au bout. Je faisais déjà un peu de communication dans les milieux ruraux, bien souvent coupés de la science. Poursuivre cette action dans des milieux encore plus défavorisés est une action très saine et j’y prends beaucoup de plaisir. Le retour qu’on a de nos interventions est très agréable, il se crée des contacts extraordinaires.

Vous partagez ce sentiment que votre engagement vous apporte aussi beaucoup personnellement…
A la prison de Muret, le côté relationnel a notamment été très fort, on a pu avoir des échanges scientifiques autour du thème du climat, mais qui portaient aussi sur des questions de société et de citoyenneté : c’était d’une richesse que je ne retrouve pas forcément lorsque je donne des conférences classiques ! On n’arrivait pas à arrêter la séance des questions et je me suis beaucoup interrogé sur la fausse représentation qu’on peut avoir de ces personnes incarcérées, qui ont en fait une demande extraordinaire de parler, de réagir, de faire des propositions. C’était très émouvant de les sentir si curieux, ils n’étaient plus dans la contingence de tous les jours, ils profitaient et se saisissaient du fait qu’un interlocuteur extérieur viennent passer du temps avec eux. Percevoir l’utilité de notre action est aussi une récompense : pour une conférence scolaire en milieu rural, j’avais choisi de parler du climat de la Terre au temps des dinosaures, ce qui avait un caractère assez ludique. L’instituteur m’a avoué avoir redécouvert ses élèves qui n’étaient plus du tout les mêmes qu’en cours, cela l’avait beaucoup interpellé qu’un intervenant extérieur réussisse à susciter des questions passionnantes même chez les mauvais élèves !

Comment aimeriez-vous continuez votre action avec Les Étoiles Brillent Pour Tous ?
Essayons déjà d’inscrire ce qu’on fait dans la durée, car cela demande beaucoup d’engagement de la part des personnes impliquées dans les nombreux projets engagés. J’aimerais beaucoup construire plus que de simples conférences autour des thématiques abordées, comme nous le faisons déjà à Muret. Il est important de créer et de cultiver des liens entre l’association et certains milieux pour former un vrai partenariat pédagogique.


© 2018 - réalisé par art-eres.net | Hebergé à l'IRAP | ep | spip | contact